Archives du mot-clé épiphanie

L’épiphanie – La galette-des-rois

À l’origine et jusqu’à la fin du IVe siècle, l’Épiphanie est la grande et unique fête chrétienne de la « manifestation du Christ dans le monde » (manifestation exprimée outre la venue des mages par une suite de différents épisodes : la Nativité, la voix du Père et la présence d’une colombe lors du Baptême sur le Jourdain, le miracle de Cana, etc.). Depuis l’introduction d’une fête de la Nativité (Noël) le 25 décembre, l’Épiphanie met l’accent sur des sens spécifiques selon les confessions et les cultures.
Depuis le XIXe siècle on l’appelle aussi le « Jour des Rois » en référence directe à la venue et à l’adoration des rois mages (Balthazar, Gaspard, Melchior).

La tradition veut que l’Épiphanie soit l’occasion de « tirer les rois » : une figurine est cachée dans une pâtisserie et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée.
Cette pratique trouverait son origine dans les Saturnales de la Rome antique. Pendant ces fêtes païennes célébrées début janvier, les rôles étaient inversés entre les maîtres et les esclaves qui devenaient les «rois d’un jour».
Ce n’est que vers 1875 que les figurines en porcelaine remplacent les fèves. Les Romains pratiquent déjà l’usage d’une fève dissimulée dans un gâteau pour désigner le roi. Existait également chez les romains, la tradition selon laquelle le plus jeune enfant de la famille se glisse sous la table et désigne la part revenant à chaque convive .

L'origine, explications.

Depuis le XIVe siècle, on mange la galette des Rois à l’occasion de cette fête. La tradition veut que l’on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une.
Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du Pauvre », est destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.
Selon l’usage actuel :
La traditionnelle fève est accompagnée ou remplacée par un petit sujet caché à l’intérieur de la pâte de la galette des Rois. La personne ayant dans sa part la fève est symboliquement couronnée roi ou reine et doit offrir la prochaine galette ; quant à celui qui a le sujet, il doit offrir la boisson (mousseux, muscat, ou champagne selon la bourse… )

épiphanie2